Théâtre

 

L'œuvre théâtrale de Liliane Atlan mélange un langage poétique et des effets visuels, des rites dramatiques accompagnés par la musique et de la prose narrative avec des effets adaptés pour la radio.  

 
La Vieille Ville

Le Maître des Eaux Amères, 2007

"La Vieille Ville", premier titre de l'allégorie en cinq volumes "Le Maître des Eaux Amères", met en scène quelques personnages enfermés dans la vieille ville de Jérusalem -où des Juifs étaient établis depuis toujours- qu'assiège la Légion Arabe, en 1948. L'enjeu de cet épisode réside dans le débat métaphysique qui remue les personnages, doués d'autodérision : l'identité de l'homme dans son lien à la religion.

 
Monsieur Fugue ou le mal de terre

Paris, 1967

Dans un ghetto, des soldats s'amusent à tendre un piège aux derniers survivants cachés dans les égouts. Ce sont des enfants qui surgissent. Ils sont quatre et ils ne sont déjà plus des enfants mais des êtres détruits qui regardent sans pitié ce monde qui les a faits et les condamne. On les emmène à Bourg-Pourri, ou la Vallée des Ossements. Mais Grol, un soldat, dit Monsieur Fugue, décide de monter dans le camion, avec eux. Pour leur inventer, malgré l'horreur, une ultime fois, l'aventure de toute une vie. Il n'a qu'une heure. Cette pièce, "Monsieur Fugue ou le mal de terre", a été traduite dans de nombreuses langues et jouée dans de nombreux pays.​

 

 
Un opéra pour Térézin

L’Avant-Scène Théâtre 1997

 

Ce livret raconte l’histoire des musiciens détenus dans le ghetto de Therezienstadt, ils jouaient, affamés, presque sans instruments, des quatuors, des opéras, ils montèrent le Requiem de Verdi - il fallait sans cesse reconstituer le chœur à cause des déportations - finalement ils allèrent à la mort en chantant pour eux-mêmes le Requiem. Une fois par an, leurs descendants revivent leur histoire en célébrant le rite de l’Opéra.

 
Les Mers Rouges

Un conte à plusieurs voix

Cinq conteurs racontent, comme un conte, une longue histoire qui fut vraie : celle des Juifs de Salonique, dont il ne reste presque personne, et presque rien.
Ils s'appuient sur les témoignages des survivants, sur les chansons d'amour venues de l'Espagne de l'âge d'Or, chantées pendant les longues années d'exil, jusque devant la porte des crématoires. Ils tentent de retrouver quelques éclats d'une parole étouffée dans les flammes. Ils veulent mettre en paix l'âme des disparus en retrouvant leurs dernières paroles.

La petite voiture de flammes et de voix
Seuil 1971
 

Une femme, coupée en deux - Louise et Louli - ne peut plus avancer. La petite voiture où elle - Louise - est attachée, est coincée. Louli lui administre des remèdes : livres, érotisme, tortures, se bâfrer, LSD, Sagesses ; rien ne la rend vraiment vivante, même pas sa révolte, sa fête, ses barricades. Démultipliée, perdue parmi des murs faits d'elle-même, devenant peu à peu son propre musée, son propre cimetière, elle traversera jusqu'au bout, torturée par les Voix, ses enfers quotidiens, à la recherche de la petite voiture de flammes et de voix, celle qui donne la paix de l'âme.

 

 
Leçons de bonheur

Le Crater, 1997

 

 
Les musiciens, les émigrants

édition des Quatre-Vents, 1993

 Il y avait une fois des musiciens qui n’avaient pas de chance. On ne les laissait jouer nulle part, alors, ils faisaient leurs malles, ils défaisaient leurs malles. Au lieu de répéter, ils cherchaient une salle. Quand ils l’avaient trouvée, il fallait l’installer. Quand elle était vivable, il fallait la quitter.

 
Les Messies ou le mal de terre

Seuil, version entièrement refondue

 

Une planète en forme d'escalier, peuplée de quelques êtres dont les cheveux et les barbes pendouillent dans les immensités. Ce sont des messies. Ils furent des milliards. Ils ne sont plus que sept. Ils attendent le signal convenu pour sauter dans le vide, sauter sur la Terre, sauver les humains. L'univers se lève, se couche…
 

 
Je m’appelle Non

L’École des Loisirs, Collection « Théâtre », 1998.

 

Non entreprend un long voyage, celui de la mémoire. Ce voyage commence lorsqu'elle a quatorze ans. Elle vit dans une famille apparemment unie, à Marseille, à la fin de la guerre. Elle s'appelle Non, de son prénom ; Mais je m'en sortirai de son nom de famille. Elle décide, pour une raison qu'elle ignore, de ne plus manger. Ses parents souffrent. Les repas deviennent une torture. L'état de Non s'aggrave. Sa mère Je me meurs s'enferme dans le noir. Ses sœurs supplient, Non résiste. Le fils adoptif de la famille, celui que Non considère comme son frère, vient dîner. Il s'appelle Je me créerai moi-même. Il a connu Auschwitz, l'horreur, la faim. La famille le gave de mets délicieux. Il raconte ce qu'il a vécu, là-bas. Non l'écoute. Ni la poésie qu'elle aime tant, ni la nourriture ne peuvent la guérir de tels récits. Les docteurs s'affairent autour d'elle. Elle ira dans une clinique en Suisse. Elle connaît de fugitifs moments de gaieté mais elle ne grossit pas. Elle réussit quand même à passer son baccalauréat. Un jour elle annonce au docteur qu'elle en a assez, elle s'en va. Dans sa famille, le supplice des repas continue. Un ami de son père Je crois aux contes de fées parle de l'école qu'il a créée.

 
la bête aux cheveux blancs

Le Maître des Eaux Amères, cycle théâtral en cinq titres

 

"La Bête aux cheveux blancs" est un conte où, dans un vague Moyen Âge, au fond d'un golfe hanté par la mer et le vent, des villageois mettent à mort une Bête au visage humain coiffé d'hirsutes cheveux blancs. Ecrit à la fin des années 1960, en Californie, ce texte éclaire deux fatalités : l'indécence matérielle et le danger qui guette le religieux : sa pornographie.

 
les ânes porteurs de livres

Le Maître des Eaux Amères, cycle théâtral en cinq titres

 

Pièce de théâtre, "Les Ânes porteurs de livres" sont une métaphore de science-fiction autour du thème des images et des livres, envisagés avec humour comme deux comètes, témoins du patrimoine culturel de l'humanité. C'est le dernier texte écrit par l'auteur.

 
Petit lexique rudimentaire et provisoire des maladies nouvelles

Le Maître des Eaux Amères, cycle théâtral en cinq titres

 

Liliane Atlan se moque ici avec humour des maladies, sociales ou sociétales, auxquelles elle donne un nom aux allures médicales. Elle propose au lecteur de plus en plus aguerri à son esprit satirique sept tours alphabétiques progressifs de maladies nouvelles, allant de l'"anépousurie" (incapacité d'épouser, non des personnes, mais une cause) à la "calamite" (manque dû aux surdoses de calamités).
 

 
Les Portes

Le Maître des Eaux Amères, cycle théâtral en cinq titres

 

Les portes de la liberté s'ouvrent et se ferment sur des espaces plus mentaux que physiques au coeur de ces pages. Par ce seuil, aucun bourreau ne saurait s'introduire. Cette pièce de théâtre met en scène, au sein d'un système totalitaire, une fête qui révèle le labyrinthe des peurs et s'en contamine. Ce texte a été écrit après un congrès des "jeunesses progressistes" en URSS.

 

FOLLOW ME

  • Facebook Classic
  • c-youtube

© 2015 Liliane Atlan. All rights reserved.